« Père » (Strindberg), à la Comédie-Française

Un spectacle impressionnant  Abonné

Publié le 08/10/2015
Michel Vuillermoz et Martine Chevallier

Michel Vuillermoz et Martine Chevallier
Crédit photo : V. PONTET/Coll. COMÉDIE-FRANÇAISE

Cette pièce d’August Strindberg est l’une des plus terribles du répertoire occidental. Après avoir, à la demande de Muriel Mayette, tourné un film d’après la mise en scène de Piotr Fomenko de « la Forêt », d’Ostrovski – et le résultat est magnifique –, Arnaud Desplechin a été invité par Éric Ruf à ouvrir la saison de la Comédie-Française. Il a hésité entre plusieurs pièces. Il a choisi une œuvre magistrale, « Père », dans la traduction d’Arthur Adamov.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte