« Les Fausses Confidences », de Marivaux

Isabelle Huppert, une tornade blanche  Abonné

Publié le 23/01/2014
1390443420490012_IMG_120533_HR.jpg

1390443420490012_IMG_120533_HR.jpg
Crédit photo : P. VICTOR/ARTCOMART

Théâtre

Lorsque les spectateurs pénètrent dans la salle de l’Odéon, ils aperçoivent au fond du plateau la fine silhouette d’une jeune femme tout de blanc vêtue : l’héroïne de Marivaux prend une leçon de tai-chi. Sur le plateau dégagé, on remarque des dizaines de paires d’escarpins qui jonchent le sol : elle est donc coquette, cette veuve, et assez désordonnée. Pourtant, à l’avant-scène, sur une petite table, les dossiers de cette riche propriétaire ont l’air bien rangés.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte