Mise sous accord préalable : la cour administrative d'appel de Paris donne raison à un généraliste !

Par
Marie Foult -
Publié le 16/01/2020

Crédit photo : S. Toubon

Cinq années, et plus de 9 000 kilomètres. C'est ce qu'il a fallu à un médecin pour l'emporter face à sa caisse dans une procédure de mise sous accord préalable. Dans une décision rendue le 2 décembre 2019 et relayée ce jeudi par MG France, la cour administrative d'appel de Paris donne raison à un médecin généraliste exerçant dans la commune de Saint-Joseph (la Réunion).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article

Déjà inscrit ?