Privé à l’hôpital : faut-il une négociation à part ?  Abonné

Publié le 12/09/2012

À L’HÔPITAL public, 1 600 médecins appliquent des dépassements d’honoraires mais rares sont les sanctions pour non-respect de la réglementation. Certains praticiens se font épingler pour être sortis des clous. Il y a deux ans, un gynécologue obstétricien parisien s’est vu refuser le renouvellement de son contrat d’activité libérale. Son nombre d’actes effectués en secteur privé était supérieur à ceux réalisés au titre de l’activité publique. Un radiologue de Haute-Vienne a vécu le même sort au début des années 2000.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte