La guerre des chiffres dans l'ancien

Publié le 22/09/2009
- Mis à jour le 22/09/2009

Dans les périodes où le marché immobilier se tend et où l'on regarde de près les chiffres publiés, force est de constater qu’une certaine cacophonie règne et que les statistiques se contredisent. Car si le marché du neuf bénéficie de résultats trimestriels, le marché de l'ancien ne dispose pas de statistiques publiques et précises. Et aucun des indices publiés n'est parfait, même si celui des notaires, validé par l'Insee, est considéré comme le plus significatif.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?