Le casse-tête des soins non programmés

Urgences de ville : 80 % des généralistes s'organisent   Abonné

Par
Marie Foult -
Publié le 23/01/2020
La quasi-totalité des généralistes libéraux organisent déjà leur activité (plannings, plages de consultation sans rendez-vous) pour prendre en charge les soins non programmés. Mais seulement un gros quart arrive à prendre en charge la totalité de ces demandes imprévues !

Crédit photo : GARO/PHANIE

Qui prétend que les généralistes n'assurent pas assez de soins non programmés ?

À la veille d'arbitrages sur le service d'accès aux soins (SAS) – plateforme centralisée qui permettra d'orienter les patients vers les urgences, une ambulance, une consultation de ville ou un conseil – une étude* de la DREES (ministère) révèle que les généralistes sont déjà largement organisés pour prendre en charge ces soins dits non programmés (SNP).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte