Témoignage et résilience  Abonné

Publié le 23/04/2015

Comment un enfant qui a traversé la Shoah peut-il ne pas transmettre à sa famille l’horreur de cette expérience ? C’est la question que pose Boris Cyrulnik à propos de son histoire personnelle et de celle du Dr Jean-Raphaël Hirsch, résistant devenu chirurgien et fils d’un médecin déporté à Auschwitz*. Tous deux, comme Henri Borlant, sont d’abord restés silencieux auprès de leurs proches au sujet de leurs souvenirs.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte