Suicide d’une infirmière à Angers : quand la culpabilité ronge  Abonné

Publié le 03/05/2012

L’ÉQUIPE d’anesthésie-réanimation est encore sous le choc. Personne n’avait imaginé que cette IADE au professionnalisme reconnu mettrait fin à ses jours. Elle a laissé plusieurs lettres pour expliquer qu’il ne lui était plus possible de vivre après une telle faute.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte