Déserts médicaux en anesthésie-réanimation

Quand les hôpitaux ne parviennent plus à recruter  Abonné

Publié le 23/10/2012
1350955003382339_IMG_92042_HR.jpg

1350955003382339_IMG_92042_HR.jpg

1350955002382338_IMG_92043_HR.jpg

1350955002382338_IMG_92043_HR.jpg

1350955001382318_IMG_92040_HR.jpg

1350955001382318_IMG_92040_HR.jpg
Crédit photo : S TOUBON

LE QUART des postes de PH à temps plein en anesthésie-réanimation sont vacants, et pour les PH à temps partiel, le taux s’élève à 55 %. Des déserts apparaissent dans certaines régions, que les hôpitaux combattent à l’aide de remplaçants et de médecins étrangers. Avec plus de 1 000 départs à la retraite attendus d’ici à 2020, aucun miracle ne se profile.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte