La régularisation promise se fait attendre

À quand la sortie de crise pour les « privés de thèse » ?  Abonné

Par
Sophie Martos -
Publié le 25/01/2018

« Privés de thèse ? Je dirais plutôt privés d'exercice », ironise auprès du « Quotidien » Arnaud Deloire, en charge de cet épineux dossier au SNJMG.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte