Philippe Jeammet : la violence, « créativité du pauvre »

Publié le 12/03/2009
- Mis à jour le 12/03/2009
LE QUOTIDIEN - Quel regard portez-vous sur les violences en milieu scolaire ?

Pr PHILIPPE JEAMMET - Le phénomène n’est pas vraiment nouveau. Il a toujours existé. En revanche, la facilité d’expression de ces troubles leur donne une dimension inconnue par le passé. Cela tient au fait que chacun dit ce qu’il pense et exprime sans aucune retenue ses sentiments. Les médias, en tant que miroir de la société, y poussent. L’émotion devient la vérité de l’être. Il s’ensuit un climat général d’agression, où l’on n’a pas idée des règles et des limites.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?