Marisol Touraine récuse les critiques d’étatisation de la médecine libérale

« Nous sommes à un carrefour pour le système de santé »  Abonné

Publié le 12/12/2013
1386814782481612_IMG_118291_HR.jpg

1386814782481612_IMG_118291_HR.jpg
Crédit photo : S TOUBON

1386814779481611_IMG_118290_HR.jpg

1386814779481611_IMG_118290_HR.jpg
Crédit photo : S TOUBON

1386814783481621_IMG_118293_HR.jpg

1386814783481621_IMG_118293_HR.jpg
Crédit photo : S TOUBON

Un an après son « pacte » contre les déserts médicaux, la ministre de la Santé estime avoir fait bouger les lignes, sans employer la contrainte, avec 370 maisons de santé, 170 praticiens territoriaux de médecine générale et le renforcement de l’accès aux soins d’urgence. Dans un entretien au « Quotidien », Marisol Touraine calme le jeu avec les praticiens libéraux à trois mois des municipales. Elle salue la « belle étape » du lancement du contrat d’accès aux soins et estime que la « discipline tarifaire s’opère ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte