La contestation médicale également en ville

Les libéraux refusent de baisser la garde

- Publié le 12/05/2009
- Mis à jour le 12/05/2009

Le bras de fer continue. Malgré le « détricotage » annoncé du projet de loi HPST par le Sénat (Quotidien des 11 et 12 mai), le gouvernement, déjà aux prises avec la fronde tenace d’une partie de l’hôpital, reste exposé à l’ouverture d’un deuxième front médical dans le secteur libéral. Le temps qui s’écoule n’apaise guère les esprits et nombre de praticiens estiment qu’il est impératif de se mobiliser avant qu’il ne soit trop tard.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?