La mue de la médecine générale

Le tournant des EGOS

Publié le 17/12/2008
- Mis à jour le 17/12/2008

DEUX MILLE HUIT n’a pas été l’année du passage du C à 23 euros. Les omnipraticiens vieillissent et sont de plus en plus nombreux à décrocher leur plaque. Ils trouvent difficilement des remplaçants et les étudiants ne se précipitent pas de gaieté de cœur vers cette filière. Pourtant, aussi surprenant que cela puisse paraître, 2008 a constitué un virage important pour la médecine générale. L’année écoulée a permis aux défenseurs de la discipline de poser quelques jalons et d’obtenir une plus grande reconnaissance de leur spécialité par les pouvoirs publics.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?