La Fédération des maisons de santé mise sur l'exercice pluripro en équipes... et change de nom

Par
Loan Tranthimy -
Publié le 14/10/2019

Crédit photo : S. Toubon

Après dix ans d'existence, la Fédération française des maisons et pôles de santé (FFMPS) est fière du chemin parcouru mais souhaite élargir son champ d'action. Grâce à sa structuration locale, régionale et nationale, cette association de professionnels de santé (médecins, pharmaciens, infirmiers, kinés, etc.) a soutenu la création de 1 200 maisons de santé dont 800 ont signé l'accord conventionnel interprofessionnel (ACI) octroyant un financement pérenne aux structures. Aujourd'hui, « six millions de Français sont suivis par des MSP et 3,2 millions de Français ont choisi un médecin traitant dans ces 800 MSP et 400 projets sont en cours », se félicite le Dr Pascal Gendry, président de la FFMPS.

Afin d'accélérer la structuration des soins primaires, la Fédération entend donner un nouvel élan à son mouvement en accompagnant au maximum l'exercice coordonné pluriprofessionnel des équipes, en pleine ébullition. « Nous sommes convaincus que l'avenir de l'offre de soins passe par les équipes de soins coordonnées. Nous devons évoluer pour accompagner ces équipes », explique le Dr Gendry. 

Changement d'appellation

Cette adaptation passe d'abord par un changement de nom symbolique : la FFMPS devient « AVECsanté » qui signifie « Avenir des équipes coordonnées et des territoires ». « Quand on est dans une équipe, on est avec d'autres professionnels, argumente le Dr Pascal Gendry. Cette équipe est dans un milieu dans lequel elle évolue avec les patients, l'Assurance-maladie, un hôpital de proximité, des spécialistes de second recours… Bref avec tous les acteurs rassemblés autour d'un projet commun de santé », ajoute le généraliste installé dans une MSP en Mayenne. 

À cet effet, l'organisation participera aux travaux et actions visant à développer les protocoles de coopération ou à faire émerger de nouveaux métiers comme les infirmiers en pratique avancée ou les médiateurs sociaux dans les MSP.

La question des nouveaux financements est aussi à l'étude. « Il faut réfléchir à des rémunérations plus collectives, plus innovantes. Le simple financement par l'acte ou par l'ACI n'est pas satisfaisant », souligne le Dr Gendry. Il annonce aussi un groupe de travail pour proposer l'évolution juridique de la société interprofessionnelle de soins ambulatoires (SISA, créée en 2011 pour permettre le versement des subventions aux MSP).

Nouveau cycle de formation ad'hoc

Le développement de l'exercice coordonné passe également par une formation pluriprofessionnelle spécifique des équipes de soins. Dans ce cadre, AVECsanté proposera dès janvier 2020 deux modules via son organisme FormAvec, portant sur les soins non programmés et la prise en charge des pathologies chroniques. « Aujourd'hui, il y a un réel besoin de formation pluriprofessionnelle, explique Brigitte Bouzige, vice-présidente d'AVECsanté. Or il n'existe pas d'organismes qui la proposent réellement car les intervenants et les concepteurs sont souvent monocatégoriels, "en silo". Nos formations présenteront au moins deux professions intervenantes »

« Emmanuel Macron veut la fin de l'exercice isolé en 2022, rappelle le Dr Gendry. Prenons-le au mot ! Notre ambition est que dans 10 ans, chaque Français puisse avoir accès à une équipe coordonnée en soins primaires partout où il se trouve. » 


Source : lequotidiendumedecin.fr