Légère baisse de la sinistralité médicale en 2013

La chirurgie reste très exposée, les urgentistes davantage mis en cause  Abonné

Publié le 10/11/2014
1415889628561585_IMG_140741_HR.jpg

1415889628561585_IMG_140741_HR.jpg
Crédit photo : SEBASTIEN TOUBON

La sinistralité médicale est contenue. « Loin d’être explosive », de l’aveu même de la MACSF Sou médical, premier assureur de professionnels de santé en France (432 490 sociétaires, dont 134 392 médecins). Mais la situation est hétérogène selon les spécialités.

En 2013, le groupe a reçu 4 028 déclarations (4 % de moins qu’en 2012). 1,5 médecin sur 100 assurés par la MACSF a été mis en cause l’an dernier. Cette moyenne masque de gros écarts : en pédiatrie et en médecine générale, ce taux tombe à 1 %, tandis que la sinistralité s’élève à 41 % en chirurgie.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte