« Je préfère être bien soigné par un médecin qui accueille mal plutôt que l'inverse » : le fondateur de Doctolib contre la notation en ligne

Par
Sophie Martos -
Publié le 02/03/2018
Stanislas Niox-Chateau

Stanislas Niox-Chateau
Crédit photo : Doctolib

Si l'évaluation des médecins par des notes et des avis laissés par des patients se développent crescendo ces deux dernières années, Stanislas Niox-Chateau, cofondateur de la plateforme de prise de rendez-vous en ligne Doctolib, a annoncé qu'il ne franchira pas cette ligne jaune.

Invité du café Nile le 27 février – un think tank en santé – il a affirmé ne pas avoir prévu de mettre en place des avis sur les professionnels de santé. « La médecine n'est pas un business, argue-t-il. Si Google le fait, moi je n'en ai pas du tout envie. » La société veut multiplier ses fonctionnalités et services mais uniquement dans le sens des médecins. « On peut orienter et aider le patient d'une autre manière. Il attend de connaître le prix, le secteur, le lieu et le délai, explique-t-il. Pour la qualité, on pourrait instaurer un système de recommandations entre praticiens. Des fiches de présentation des professionnels de santé sont aussi disponibles mais les avis, je suis contre ! », ajoute-t-il.

La réputation des médecins en jeu

La notation des professionnels de santé divise la communauté médicale. L'an dernier, un dermatologue savoyard a adressé une lettre à Google France après avoir découvert des commentaires négatifs à son endroit, qu'il estimait infondés. Pour ce praticien, ce service « porte une atteinte très grave et injustifiée à la réputation des médecins ». Les avis Google laissés par les patients sans l'accord des professionnels de santé ne sont pas modérés. Le Conseil national de l'Ordre des médecins (CNOM) avait d'ailleurs confirmé en 2017 s'être saisi du dossier depuis plusieurs années, ayant remarqué une tendance à l'amplification de cette pratique. « Aucune disposition légale n’interdit de laisser des avis sur les fiches des entreprises listées sur Google Maps, quelle que soit la profession concernée », expliquait alors le Dr Jacques Lucas, vice-président et délégué général au numérique du CNOM.

Subjectivité des notations 

Il n'y a pas que le géant américain qui s'est lancé dans cette activité. Les « Tripadvisor de la santé » ont gagné du terrain dans le secteur de la santé. Les patients peuvent désormais noter le service (accompagnement, ponctualité, propreté) et détailler leur avis sur « QuiMeSoigne » ou « Notetondoc.com ». « Hospitalidée » propose une notation des établissements (cliniques et hôpitaux). Toutefois, un système de modération a été mis en place pour l'ensemble de ces applications.

Pour le fondateur de Doctolib, la décision est claire : « J'ai peur que les patients mettent en priorité des commentaires sur le confort, le cadre et l'accueil versus la qualité du diagnostic et du traitement. Or, je préfère être bien soigné par un médecin qui accueille mal et dans lequel le confort et le cadre ne sont pas bien plutôt que l'inverse. »


Source : lequotidiendumedecin.fr