Médecins, pharmaciens et patients sous pression

Générique à marche forcée, la pilule passe mal

Publié le 09/10/2012
- Mis à jour le 26/01/2015
1349745392377433_IMG_90713_HR.jpg

1349745392377433_IMG_90713_HR.jpg
Crédit photo : S. TOUBON

LES MÉDECINS ne s’y sont pas trompés. Après les très mauvais chiffres du printemps sur le taux de substitution des génériques (72 % en avril 2012 contre 79 % sur l’ensemble de 2010), la Caisse nationale d’assurance-maladie (CNAM) a affiché sa volonté d’inverser rapidement la tendance. Par tous les moyens.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?