Ce que disent l’ANSM et la loi aux médecins  Abonné

Publié le 17/01/2013

La déclaration d’effets indésirables « susceptibles d’être dus » à un médicament n’est pas une obligation mais un devoir qui incombe au prescripteur. Le médecin doit s’adresser « dès qu’il soupçonne un lien, même s’il n’est pas certain », à l’ANSM ou à l’un des 31 centres régionaux de pharmacovigilance, peut-on lire sur le site internet de l’agence.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte