La médecine, pépinière de la radicalisation ou laboratoire de la convivialité ?  Abonné

Par
Christian Delahaye -
Publié le 09/01/2020

Crédit photo : SEBASTIEN TOUBON

« La médecine est une des grandes pépinières des mouvements islamistes radicaux », affirmait en 2012 l’islamologue Gilles Kepel (1). Trois ans plus tard, la conférence « laïcité et liberté religieuse » organisée par l’AP-HP présentait au contraire l’hôpital comme « un laboratoire d’expériences conviviales entre religions ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte