Internat : le major des ECNi choisit la médecine cardio-vasculaire à Lyon

Par
Sophie Martos -
Publié le 03/09/2019

Crédit photo : S. Toubon

La procédure d'affectation officielle des futurs internes a démarré ce mardi matin sur le site du centre national de gestion (CNG) pour les candidats ayant passé les épreuves classantes nationales informatisées (ECNi) 2019 en juin.

Cette année, 8 461 candidats sont autorisés à pourvoir un poste parmi les 44 spécialités proposées dans l'une des 28 subdivisions. 8 507 postes ont été ouverts en France. Les internes effectuent leur choix par tranche de 550 étudiants tous les jours jusqu'au 24 septembre.

Le major de la promo ECNi 2019, Charles-Meyer Arnaud, 23 ans, a finalement choisi la médecine cardio-vasculaire aux Hospices civils de Lyon (HCL). Il avait confié au « Quotidien » hésiter entre l'ophtalmologie et la radiologie. 

Paris, Bordeaux et Lyon sur le podium

L'attractivité des HCL ne se dément pas. Le CHU lyonnais a été choisi trois fois parmi les cinq premiers classés. Sur les 100 premiers, Paris et Bordeaux séduisent toujours autant, selon les calculs de @MrFDA sur Twitter, un radiologue habitué à synthétiser la procédure.

Et à la fin de la journée, le classement des villes les plus choisies parmi les 550 premiers classés reste identique, comme en témoignent les statistiques publiées sur Twitter par ce même médecin.

La médecine gé choisie par le 28e

Au total pour cette première journée d'affectation, 26 néo-internes (sur 550) ont choisi la médecine générale. Les deux premiers, classés respectivement 28e et 51e, iront à Paris, les trois suivants (81e, 175e,190e) roulent pour Grenoble. Le premier interne à avoir opté pour la santé publique est 72e (Paris). La gériatrie a été choisie au 496rang (Paris). 

Globalement, les spécialités d'anesthésie-réanimation, d'ophtalmologie et de médecine cardio-vasculaire ont été les plus prisées. En revanche, en proportion de postes ouverts, c'est la chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique qui a le plus séduit (15 postes pourvus sur 28 offerts). 

Changement du nombre de postes pour les CESP

Pour autant, cette première journée ne s'est pas déroulée sans encombres. Un incident technique, résolu rapidement, a retardé l'affectation des premiers candidats, relaie l'Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF) sur sa page Facebook.

Contactée, l'ANEMF précise aussi qu'un arrêté rectificatif sur le nombre de postes liés au contrat d'engagement de service public (CESP) est attendu dans les prochains jours.

De fait, certains étudiants ont vu leurs vœux de simulation modifiés lundi soir vers 18 heures sur la plateforme de simulation CELINE. Ainsi le nombre de postes d'ophtalmologie ouverts à Tours pour les CESP est passé de 4 à 1... À Nantes, le nombre de postes de médecine générale est passé de 4 à 3. Angers a gagné une place passant de 1 à 2 postes. « Nous avons été prévenus la veille de la procédure. C'est inacceptable pour ces étudiants », confie Sébastien Villard, chargé des études médicales à l'ANEMF. 


Source : lequotidiendumedecin.fr