Grève des internes : 60 % des jeunes mobilisés selon l'ISNI, avant le « Black friday de l'hôpital public »

Par
Sophie Martos -
Publié le 11/12/2019

Crédit photo : Twitter

Les internes sont entrés en grève « illimitée » depuis le 10 décembre pour dénoncer la dégradation des soins et réclamer des fonds pour leur formation et une amélioration de leurs conditions salariales et de travail.

Après une première journée de mobilisation, l'heure est au bilan. De nombreux jeunes se sont motivés comme l'indique l'Intersyndicale nationale des internes (ISNI), organisateur du mouvement. Le syndicat, Jeunes médecins et la centrale de praticiens hospitaliers APH ont annoncé ce mercredi dans un communiqué commun que les internes seraient reçus jeudi 12 décembre par le directeur de cabinet de la ministre de la Santé.

Le syndicat des internes du Languedoc Roussillon (SILR) estime que 60 % d'internes étaient grévistes dans sa région.

Les internes ont été rejoints par la Fédération nationale des syndicats d'internes en pharmacie et en biologie médicale (FNSIP-BM).

Au total, Nawale Hadouiri, vice-présidente de l'ISNI en charge des dossiers en lien avec l'enseignement supérieur estime le taux de participation à 60 %, soit 16 000 internes sur 27 000. « Il y a eu des pics à Marseille avec 900 internes mobilisés et à Montpellier avec 850 internes. Dans certaines villes comme à Besançon ou Grenoble la moitié des jeunes étaient en grève avec respectivement 150 et 190 grévistes », détaille-t-elle.

Egalement contactée pour connaître le taux de grévistes, la direction générale de l'offre de soins (DGOS, ministère) estime le taux de participation des internes à 31,7% et le taux de mobilisation à 34,7%.

Sur le terrain, la majorité des jeunes praticiens se sont rassemblés devant leur CHU comme à Tours, Bordeaux ou encore Rouen.

D'autres ont été plus créatifs, comme à Marseille ou une marche funèbre s'est organisée.

Second round vendredi

L'Intersyndicale nationale des internes (ISNI) organise un second round le 13 décembre sur le thème du « Black Friday de l'hôpital public ». Le syndicat a réalisé pour l'occasion une campagne de promotion inspirée par le mouvement commercial venu d'outre-Atlantique.

Enfin, les jeunes prendront aussi la rue le mardi 17 décembre, jour de la « grande marche » pour défendre l'hôpital public aux côtés des collectifs inter-urgences et inter-hôpitaux. L'Intersyndicale nationale autonome représentative des internes de médecine générale (ISNAR-IMG), a déposé officiellement un préavis de grève « nationale ponctuelle et totale ». Comme l'ISNI, elle souhaite l'ouverture de négociations sur la revalorisation salariale des jeunes.

La Fédération nationale des étudiants en soins infirmiers (FNESI) a apporté son soutien aux internes pour la mobilisation du 17 décembre. 

 

 


Source : lequotidiendumedecin.fr