À la recherche d’une « pratique pédagogique acceptable »

Touchers pelviens : la simulation comme solution ?  Abonné

Publié le 12/11/2015
À Ilumens, une " mise en confiance » avant " la vraie vie »

À Ilumens, une " mise en confiance » avant " la vraie vie »
Crédit photo : SEBASTIEN TOUBON

L’origine de la polémique sur les touchers pelviens sans consentement remonte au printemps, avec le tweet d’un étudiant en médecine de l’université Lyon Sud, relayé par des témoignages de futurs médecins, sous-entendant que « plusieurs étudiants s’entraînaient à la chaîne sur une même patiente inconsciente ».

Le tableau effraie. Et il faut raisonnablement souligner que le bloc opératoire est un lieu ultra-protégé où un seul étudiant est admis par opération : on est loin de la cohorte de jeunes blouses blanches s’exerçant sans désemparer sur une pauvre victime sans défense.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte