Succès des ECNi : les doyens soulagés, Touraine applaudit une « première mondiale »

Par
Sophie Martos -
Publié le 23/06/2016
Touraine, ECNi

Touraine, ECNi
Crédit photo : S. Toubon

Après trois jours d'examen éprouvants pendant lesquels ils ont planché sur 18 dossiers cliniques progressifs, 120 questions isolées et la lecture critique de deux articles (LCA), 8 200 carabins ont fêté mercredi 22 juin la fin des premières épreuves classantes nationales informatisées (ECNI) en bonne et due forme.

En fin d'après-midi, la ministre de la Santé Marisol Touraine et Thierry Mandon, secrétaire d'État chargé de l'enseignement supérieur, se sont réjouis du bon déroulement de cette « première mondiale » qui a vu plus de 8 000 candidats composer simultanément dans 34 centres d'examen (au lieu de 7) sur des tablettes numériques.

Les ministres ont félicité l'ensemble des équipes ayant construit et développé ce projet ambitieux (voir le diaporama consacré à la dernière journée des ECNi).

La conférence des doyens s'est également exprimée sur la réussite de ces premières ECNi. « Quel plaisir ! Quel soulagement pour tous ! Mais surtout quelle belle victoire de la pugnacité de l'ensemble des acteurs », résume le Pr Jean-Luc Dubois-Randé, président des doyens.

Une réussite collective

« Aucune épreuve n'est à refaire et toutes se sont déroulées sans difficultés techniques », se réjouissent les directeurs d'UFR. Ils rappellent les progrès accomplis en un temps record. Depuis 2014, les bonds technologiques à la fac se sont multipliés, souligne la conférence. La plateforme SIDES, un portail d'entraînement, a vu le jour. Elle comprend aujourd'hui une banque nationale de sujets alimentée par toutes les facultés françaises, des banques locales et des conférences d'internat, permettant aux étudiants de s'entraîner quand ils le souhaitent.

Les doyens saluent une « réussite collective » mais soulignent le rôle prépondérant du centre national de gestion (CNG) qui a réussi un « tour de force en un temps particulièrement contraint » entre le développement des logiciels, la sécurisation des épreuves les liaisons wi-fi, la labellisation de toutes les salles, les trois tests nationaux en grandeur nature, jusqu'à la réussite des ECNi. « Le challenge a été gagné », concluent-ils.


Source : lequotidiendumedecin.fr