Paradoxes et états d’âme du correcteur : un témoignage édifiant  Abonné

Publié le 27/05/2013

« TIRÉ AU SORT pour corriger une des questions des ECN blanches de ma faculté, je me suis rendu plein d’enthousiasme, heureux de mettre en pratique mes fonctions d’enseignant. On me remet une liasse de copies, l’énoncé de la question et son corrigé. Plusieurs de mes collègues planchent déjà avec une application silencieuse sur leurs copies. La question est illustrée d’une photo en noir et blanc. Je suppose que l’étudiant lui disposait d’une épreuve en couleur. Au premier abord, il s’agit d’un gros plan d’un champignon dont j’ignore le type.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte