PACES : à la fac de Dijon, hypnose et massages pour déstresser les carabins

Par
Sophie Martos -
Publié le 31/08/2018
fac dijon

fac dijon
Crédit photo : S. Toubon

Le bien-être est devenu l'un des axes majeurs de travail des étudiants en médecine depuis plus d'un an. Difficile, sélective et stressante, la première année commune aux études de santé (PACES) laisse souvent un goût amer aux étudiants. De plus en plus d'associations de jeunes se lancent dans des programmes visant à aider leurs pairs à se détendre, souffler et gérer la pression.

C'est le cas du tutorat de Dijon qui propose aux étudiants de tester l'hypnose et la programmation neurolinguistique (PNL).

Les séances seront délivrées par Timothée Moiroux, un étudiant en troisième année de médecine, déjà diplômé d'un institut d'hypnothérapie. Il propose un accompagnement individuel ou en groupe. Plusieurs problématiques peuvent y être traitées. « L'hypnose et la PNL sont des outils de préparation mentale. Elles agissent sur la partie inconsciente de la personne. Pour les PACES, j'adapte en fonction des étudiants pour qu'ils apprennent à gérer leur problème de stress, de sommeil, de vie sociale, etc. », explique-t-il. La première séance s'est déroulée cette semaine lors de la pré-rentrée et a séduit cinq étudiants sur les 500 présents (un tiers de la promotion). « Ils ont fait des exercices de respiration, je leur fais compter leur respiration, et je mets en place un protocole pour les déstresser », ajoute-t-il. C'est un travail que les étudiants devront reproduire chez eux.

Sophrologie et yoga contre l'anxiété

Pour Morgane Dubois, vice-présidente en charge du tutorat des étudiants de santé de Dijon, il est important de proposer de telles initiatives. L'hypnose et la PNL chez les PACES sont une première en France. Et pour le tutorat, le développement du bien-être est primordial. « On veut développer un gros pôle bien-être pour ne pas être uniquement une aide pédagogique mais aussi un soutien », commente-t-elle.

Le tutorat propose aussi pour mieux s'armer au concours des cours de méthodologie, des enseignements dirigés et… des massages. « Une spécialiste vient bénévolement parce qu'elle a entendu parler de notre projet bien-être. Elle expliquera les gestes à faire chez soi pour lutter contre l'anxiété », poursuit Morgane Dubois. Au cours de l'année, des temps de sophrologie et de yoga seront aussi dispensés. 


Source : lequotidiendumedecin.fr