Les députés votent un stage obligatoire en zone sous-dotée avant l'internat

Par Cyrille Dupuis
Publié le 13/03/2019
- Mis à jour le 15/07/2019
stage

stage
Crédit photo : PHANIE

Les députés ont adopté mardi soir en commission des Affaires sociales le principe d'un stage obligatoire situé en zone sous-dotée pour les étudiants en médecine, lors du deuxième cycle des études médicales, qui conditionnerait l'accès à l'internat.

Les carabins devront ainsi avoir validé avant l'internat « un stage situé dans une zone caractérisée par une offre de soins insuffisante ou des difficultés dans l’accès aux soins », lit-on dans le texte de cet amendement de plusieurs députés LREM, adopté contre l'avis de la co-rapporteure Stéphanie Rist (également médecin rhumatologue).

De fait, lors du second cycle, les stages sont « très largement concentrés dans les milieux urbains et ont donc lieu essentiellement dans les grandes métropoles », rappelle l'exposé des motifs. Or, c’est la réalisation de ces stages dans d’autres milieux « et en particulier dans les territoires ruraux ou périurbains » qui « permettrait aux étudiants de découvrir une autre pratique de la médecine », justifie l'exposé affirmant qu'un jeune médecin « n'ira pas s'installer dans une zone ou un milieu qu'il n'a jamais expérimenté en stage ».

Pétition anti-amendements « outranciers » 

Au-delà de la question des stages obligatoires au cours des études médicales, le débat en commission des Affaires sociales occasionne comme prévu une véritable offensive contre la liberté d'installation, qui devrait continuer la semaine prochaine en séance publique.

Excédée, l'Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF) fait circuler une pétition contre les « amendements outranciers » qui avait déjà dépassé ce mercredi matin les 5 200 signatures.   

 

 


Source : lequotidiendumedecin.fr