Manque de moyens, défaut de cadrage

Les aléas de la réforme de la PACES inquiètent les étudiants

Par
Sophie Martos -
Publié le 29/10/2019

Le  financement insuffisant de la réforme de la première année commune aux études de santé (PACES) et l'autonomie excessive des établissements préoccupent les carabins.

En 2018, près de 60 000 candidats aux études de santé

En 2018, près de 60 000 candidats aux études de santé
Crédit photo : SEBASTIEN TOUBON

L'Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF) a la gueule de bois. Si elle salue toujours les objectifs de la réforme de la PACES – moins de bachotage et de risques psychosociaux, diversification des profils, réorientations facilitées – elle craint désormais que le processus d'entrée dans les études de santé ne soit pas à la hauteur des espérances en raison du manque de soutien financier et de transparence.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?