ENTRETIEN

Le numerus clausus, « un système inefficace et cruel », selon le président de l’ANEMF  Abonné

Publié le 07/07/2014
1404727280535530_IMG_133542_HR.jpg

1404727280535530_IMG_133542_HR.jpg
Crédit photo : SEBASTIEN TOUBON

1404727282535626_IMG_133543_HR.jpg

1404727282535626_IMG_133543_HR.jpg
Crédit photo : SEBASTIEN TOUBON

LE QUOTIDIEN : De plus en plus de voix dénoncent les limites du numerus clausus. Faut-il le supprimer ?

SÉBASTIEN FOUCHER : Nous sommes d’accord sur le constat ; le numerus clausus est inefficace, inéquitable et cruel. Il faut mettre sa suppression sur la table et envisager sa réforme. Le problème du numerus clausus est qu’on lui demande de réguler les flux à l’entrée en médecine, en adéquation avec les capacités de formation des facultés, et aussi de réguler la démographie médicale. Ce sont deux missions incompatibles.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte