Difficile réforme de l’ostéopathie

L’agrément restrictif des écoles tourne à la guerre juridique

Publié le 21/09/2015
- Mis à jour le 12/07/2019
Des instituts recalés accusent le ministère d'avoir tordu la procédure

Des instituts recalés accusent le ministère d'avoir tordu la procédure
Crédit photo : PHANIE

Certaines écoles d’ostéopathie ne digèrent toujours pas d’avoir été privées de leur agrément en juillet et sont passées à l’offensive.

Ostéobio (Cachan) et l’IOB de Bordeaux ont déposé un référé en suspension et un recours pour excès de pouvoir auprès du Conseil d’État. La semaine dernière, les deux écoles, soutenues par l’association française d’ostéopathie (AFO), ont publiquement fait état de leurs « soupçons de collusion » et ont même dénoncé « une procédure à la limite de la légalité ».

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?