La hausse du numerus clausus fait des vagues

Étudiants et doyens s’inquiètent pour la qualité de la formation  Abonné

Publié le 02/12/2011
1322791991305588_IMG_73062_HR.jpg

1322791991305588_IMG_73062_HR.jpg

L’Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF) ne voit pas d’un bon œil l’augmentation du numerus clausus. « Certaines facultés ont déjà atteint la limite maximale de leurs capacités de formation », juge l’association. La question de la qualité de l’enseignement est posée. L’ANEMF a identifié des services hospitaliers qui accueillent une quarantaine de stagiaires ou encore des étudiants obligés de faire des centaines de kilomètres pour aller sur leur lieu de stage.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte