ECNi tests de mars 2019 : le SIDES prend le relais du CNG

Par
Sophie Martos -
Publié le 15/11/2018
ecni

ecni
Crédit photo : S. Toubon

C'est l'aboutissement d'une longue discussion entamée en octobre par les jeunes. Les ECNi tests 2019 auront bien lieu en mars mais ne seront plus organisées par le Centre national de gestion (CNG). C'est désormais le SIDES (système informatique distribué d’évaluation en santé) qui sera aux manettes de ces épreuves d'entraînement, autrement dit la plate-forme centralisant les examens numériques de façon sécurisée pour l’ensemble des enseignants et des étudiants des facultés de médecine, a annoncé l'Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF) après la dernière réunion du comité de pilotage des ECNi 2019. Les ECN réelles, en juin 2019, seront, elles, bien gérées par le CNG (sur le même modèle que celles de juin 2018).  

Chaque année, les étudiants de sixième année s'entraînent – généralement au mois de mars et pendant trois jours – grâce à des ECNi « tests » ou « blanches » dans des conditions grandeur nature. Des épreuves qui leur permettent de se familiariser avec la tablette, de tester leurs connaissances et de vérifier les systèmes et procédés informatiques.

8 000 connexions en même temps

Les étudiants se connecteront sur une plateforme « retravaillée pour ressembler à celle de juin », précisent les carabins. La plateforme SIDES permettra à tous les étudiants de sixième année – soit 8 000 jeunes – de composer simultanément. La plateforme SIDES restera toutefois accessible aux étudiants des autres promotions en dehors des horaires d'examens, soit après 18 h.

« La composition simultanée était une condition non négociable pour l'ANEMF. Et nous avons obtenu la garantie de mise en place d'épreuves d'entraînement organisées sur le même modèle que celle de juin permettant un classement national fiable », poursuit-elle.

Sujets tirés de la banque SIDES

Courant mars, pour ces ECNi tests, les sujets issus de la banque SIDES seront retravaillés par le conseil scientifique et contiendront « une faible part de DCP raccourcis et de QCM à trois ou 4 items », ajoute l'ANEMF.

Ces innovations docimologiques seront testées en « quantité limitée » car leur intégration aux ECN n'est pas prévue avant 2020 si elles sont retenues. « Un DCP contient réglementairement 15 questions. Pour les ECNi tests, un DCP ou quelques-uns seront divisés en deux et comporteront 7 à 8 questions », précise Anatole Le Guillou, vice-président chargé des études médicales. 

L'ANEMF prévient qu'elle ne cautionnera pas un pas de travers : « Aucun problème technique ne saurait être toléré suite aux justifications et engagements pris par le CNG et les ministères. » 

 

ECN

Source : lequotidiendumedecin.fr