Les cellules d’urgence médico-psychologique à l’épreuve des faits

Le modèle français a montré ses limites  Abonné

Publié le 26/01/2015

« Nous n’avons pas été à la hauteur. » Dans la bouche du patron de la CUMP 75 au SAMU de Paris, le Pr Didier Cremniter, qui est aussi le référent urgence psychiatrique pour l’Île-de-France et pour l’ensemble de la France, cet aveu confié au « Quotidien » sonne comme un constat d’échec.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte