APRÈS LES ATTENTATS, LES PSY SUR 3 FRONTS  Abonné

Publié le 26/01/2015
1422238491580199_IMG_145877_HR.jpg

1422238491580199_IMG_145877_HR.jpg
Crédit photo : SEBASTIEN TOUBON

Prise en charge des victimes psychiques des attentats, suivi de l’onde de choc suscitée dans le grand public et désendoctrinement des candidats au jihad, les psychiatres sont engagés sur trois lignes de front : l’urgence, le traitement post-immédiat de la population générale et la prévention des passages à l’acte terroristes. L’enquête du « Quotidien » montre que les derniers événements, à « Charlie Hebdo » et à l’hyper cacher de Vincennes, font bouger ces lignes et suscitent remises en cause et débats au sein de la communauté hospitalo-universitaire.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte