Mobilisation à l'hôpital : tour de chauffe localement ce samedi avant la manif du 17 décembre

Par
Martin Dumas Primbault -
Publié le 29/11/2019

Crédit photo : S. Toubon

Ce samedi 30 novembre s'annonce agité dans les hôpitaux. Avant la grande manifestation nationale du 17 décembre, le collectif inter-hôpitaux appelle les personnels soignants de toute la France à se mobiliser localement. « Le plan d'urgence n'est vraiment pas à la hauteur des attentes. On ne met pas un pansement sur une plaie ouverte ! », s'obstinent les hospitaliers.

Le collectif, qui demande toujours un objectif national des dépenses d'assurance-maladie (ONDAM) à 4 %, une augmentation significative des salaires et l'arrêt des fermetures de lit, appelle ce samedi à des actions de sensibilisation auprès de la population et des élus locaux.

Tractage sur les marchés à Mont-de-Marsan, Chambéry ou Caen, mises en scène à Nantes et Limoges, distribution de cartes postales à envoyer à Emmanuel Macron aux abords de l'hôpital Saint-Louis (AP-HP), au moins une vingtaine d'actions partout en France devraient émailler le week-end.

Appel à la coagulation

En parallèle, plusieurs organisations mobilisées appellent à rejoindre la manifestation interprofessionnelle du 5 décembre contre la réforme des retraites. C'est le cas du collectif inter-urgences, à l'origine du mouvement il y a neuf mois qui craint un « hiver sordide » dans les services. « Face au degré d'urgence, face à la surdité du gouvernement, face au manque d'action concrète, les paramédicaux ont voté : le 5 décembre, nous coagulerons ! », annonce-t-il dans un communiqué.

Plusieurs organisations de praticiens hospitaliers (PH) et internes (SNAM-HP, APH, CMH, INPH, CPH, Jeunes médecins, ISNI, Avenir jeunes pharmaciens hospitaliers, FNSIPBM), inquiètes pour leur retraite, ont pris la même décision. Elles tancent le manque de concertation avec les pouvoirs publics et pointe des zones d'ombre concernant les PH et les universitaires. Les syndicats prennent toutefois soin de différencier cette journée de « l'action plus spécifique » du 17 décembre en faveur de l'hôpital public.

Craignant justement de voir ses revendications noyées dans celles des retraites, le collectif inter-hôpitaux a lui toujours refusé de s'associer à la journée du 5 décembre malgré de vifs débats en interne.


Source : lequotidiendumedecin.fr