Lamine Gharbi (FHP) : « Trop souvent, les ARS favorisent les établissements publics»

Par Anne Bayle-Iniguez
Publié le 27/09/2019
- Mis à jour le 09/10/2019

Le patron de la FHP assure qu'un recours accru au secteur privé permettrait de désengorger les urgences publiques. Pour y parvenir, il réclame des arbitrages plus équilibrés en matière d’autorisation de services et d'orientation des patients.

Crédit photo : Mario Sinistaj

LE QUOTIDIEN : On compte 121 services d’urgences privés. Est-ce une force suffisante pour désengorger le public ?

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?