« Je ne suis plus éthique et j'ai perdu mon équipe » : à l'hôpital, pourquoi 1 000 médecins démissionnent de leurs fonctions administratives

Par
Anne Bayle-Iniguez -
Publié le 14/01/2020

Crédit photo : S. Toubon

« "Va falloir que vous produisiez des séjours". Quand j'ai entendu cette phrase, moi qui suis habituée à prodiguer des soins, j'ai su que c'était le début du cauchemar. » 

Le Pr Agnès Hartemann, chef du service de diabétologie de la Pitié-Salpêtrière (Assistance publique-Hôpitaux de Paris), a la voix qui tremble quand elle s'adresse aux journalistes réunis ce mardi 14 janvier dans une petite salle de la faculté de médecine qui jouxte son hôpital.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)