Chirurgie ambulatoire, le pari à un milliard

En 2016, un patient opéré sur deux chez lui le soir même - Chirurgie ambulatoire : la quête d’un milliard d’euros, un défi exigeant pour l’hôpital  Abonné

Publié le 09/05/2014
1399598049520644_IMG_129165_HR.jpg

1399598049520644_IMG_129165_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

Deux fois moins élevé en France que celui atteint dans certains grands pays comparables, le taux de chirurgie ambulatoire a été érigé en priorité stratégique nationale. Le gouvernement, qui espère un milliard d’euros d’économies sur ce poste en trois ans, a fixé un premier objectif ambitieux : dès 2016, 50 % des interventions devront être pratiquées en ambulatoire. Suppressions de lits de chirurgie conventionnelle, rationalisation de l’organisation, changement des habitudes et des mentalités : l’hôpital est bousculé.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte