Covid-19 : 1 200 professionnels de l'AP-HP contaminés, dont 40 % de médecins

Par
Anne Bayle-Iniguez -
Publié le 31/03/2020

Crédit photo : AFP

L'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) a réuni les membres de son conseil de surveillance pour faire un point complet sur l'organisation du CHU francilien face à la pandémie. En sont ressortis de nouveaux chiffres rendus publics ce lundi 30 mars.

Sous la présidence d’Anne Hidalgo et en visio-conférence, le DG Martin Hirsch a rappelé que 1 400 patients positifs au Covid-19 étaient hospitalisés à l'AP-HP ce même vendredi, dont 650 en réanimation. Le directeur général de l'établissement a évoqué une « montée en charge importante depuis quatre jours avec 150 patients de plus chaque jour hospitalisés en réanimation », lit-on dans le compte rendu du conseil de surveillance.

Autre chiffre préoccupant : le nombre de professionnels de l’AP-HP contaminés depuis le début de l’épidémie s’élève à 1 200 personnes « avec une proportion importante de médecins, proche de 40 % ».

Martin Hirsch a évoqué plusieurs points de « tensions » au CHU en particulier sur l'approvisionnement en respirateurs et médicaments de base utilisés dans les services de réanimation (comme les curares) ainsi que sur « la nécessité de mobiliser des renforts en personnel non médicaux », sans plus de précision.

Appel à l'industrie

Le Pr Rémi Salomon, président de la commission médicale d’établissement (CME), a appelé de son côté à des « renforts externes conséquents » en professionnels des soins et a alerté l’industrie française : « Les chaînes de production doivent être réorientées en urgence pour fabriquer tous [l]es produits de base » dont l'AP-HP manque, a-t-il dit. L’ensemble des membres du Conseil de surveillance a convenu qu’il fallait « rediriger l’industrie nationale pour produire les équipements et les médicaments pour faire face à la grave crise des semaines à venir ».

Des maires, des organisations syndicales et des représentants des personnels médicaux ont une nouvelle fois pointé « le manque de matériels de protection adaptés pour les professionnels à l’hôpital comme en ville ainsi que pour tous collaborateurs des services publics et des activités essentielles, et ce en dépit des efforts massifs conduits ». À l'hôpital, les discussions restent en cours sur la question des masques et « de l’adaptation des consignes institutionnelles de protection, dans les services par exemple de gériatrie », communique l'AP-HP.

Le temps de travail en question

Alors que le gouvernement a autorisé mercredi 25 mars l’augmentation hebdomadaire de la durée du travail de 48 heures à 60 heures dans certains secteurs (énergie, logistique, télécoms, agriculture, agroalimentaire) jusqu'en décembre, Martin Hirsch et le directeur médical de crise de l'AP-HP, le Pr Bruno Riou, « ont confirmé la nécessité impérieuse de ces assouplissements » sans dire pour autant s'ils souhaitent les appliquer à l'AP-HP. « Beaucoup de professionnels ont fait savoir, en deuxième lieu, qu’ils pouvaient être mobilisés plus que prévu en ces circonstances exceptionnelles, indique le CHU. Ces sujets importants sont suivis avec les représentants des personnels réunis chaque jour en conférence téléphonique avec la direction générale. » Enfin, 150 personnes ont répondu à l'appel au volontariat via la plateforme ouverte récemment par l'AP-HP.

L'application Covidom pour le télé-suivi à domicile des patients porteurs ou suspectés Covid-19 sera généralisée grâce au soutien financier de Paris et de la région.

Enfin, le président de la Métropole du Grand Paris, Patrick Ollier, a annoncé le déblocage de 4 millions d'euros à destination du CHU francilien.


Source : lequotidiendumedecin.fr