Grande prématurité

Une santé respiratoire durablement altérée  Abonné

Par
Publié le 19/11/2018
prema pneumo

prema pneumo
Crédit photo : PHANIE

« Les grands, et surtout les très grands prématurés nés avant la 28e semaine d’aménorrhée ont une surmorbidité respiratoire à moyen et long terme. Ce devenir dépend du degré de prématurité et de la présence d’une dysplasie bronchopulmonaire », résume la Dr Alice Hadchouel-Duvergé de l’hôpital Necker (APHP). La dysplasie bronchopulmonaire (DPB), caractérisée par des besoins en oxygène au-delà de la 36e semaine d’aménorrhée (SA), est en effet un facteur aggravant.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte