A Paris, deux expositions Arshile Gorky

Une danse lyrique

Publié le 12/04/2007
- Mis à jour le 12/04/2007
1276108717F_Img258811.jpg

1276108717F_Img258811.jpg

A NEW YORK, où ils le rencontrèrent, les surréalistes, et plus particulièrement Breton, reconnurent en Gorky un artiste proche de leurs préoccupations. Le peintre, né au bord du lac Van, en Arménie, avait fui son pays et émigré aux Etats-Unis en 1920, à la suite du génocide. Il développe outre-Atlantique un travail marqué par ses souvenirs d'enfance. C'est cette partie de son oeuvre que le centre culturel Calouste-Gulbenkian dévoile.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?