Un marqueur pour évaluer l’efficacité des médicaments

Un mauvais sommeil pourrait être un signe précoce d’Alzheimer  Abonné

Publié le 12/09/2012
1347412441369671_IMG_88882_HR.jpg

1347412441369671_IMG_88882_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

DE NOTRE CORRESPONDANTE

« SI LES ANOMALIES du sommeil débutent aussi tôt dans l’évolution de la maladie d’Alzheimer, ces changements pourraient nous procurer un signe facilement décelable de la pathologie. Alors que nous commençons à traiter les patients atteints d’Alzheimer avant la survenue de la démence, la présence ou absence de troubles du sommeil pourrait être un indicateur rapide pour évaluer le succès des nouveaux traitements », explique le Pr David Holtzman, qui a dirigé ce travail à l’Université Médicale de Washington à St Louis (Missouri).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte