« Sunshine act » : un texte « timoré » pour les jeunes généralistes

Publié le 04/06/2013
1370354755438231_IMG_106417_HR.jpg

1370354755438231_IMG_106417_HR.jpg
Crédit photo : S. TOUBON

Le Syndicat national des jeunes médecins généralistes (SNJMG) critique sévèrement le décret paru le 22 mai dit « sunshine act », qui impose la publication des avantages accordés par les laboratoires aux praticiens.

« Nous aurions dû logiquement féliciter le gouvernement pour la publication de ces textes mais, tout comme un certain nombre d’observateurs avisés, nous relevons des carences préoccupantes dans ces textes », attaque le SNJMG. Les avantages perçus d’une valeur inférieure à 10 euros ne sont pas concernés par le décret et rien n’a été prévu pour les informations antérieures à 2012, regrette le syndicat.

Conventions toujours confidentielles.

« Aucune date n’est arrêtée pour la mise en ligne du fameux site Internet public (sur lequel seront publiées ces informations), aucune de ces informations ne sera indexable par les moteurs de recherche et ces informations ne seront consultables que 5 ans et ne seront archivées que 5 années de plus », s’insurge le SNJMG.

Selon les jeunes généralistes, le décret manque son but puisque les « conventions avec contrepartie » entre les laboratoires et les médecins « resteront confidentielles et n’apparaîtront pas sur le site ».

« Avec un tel dispositif, les arrangements les plus sophistiqués et les plus rémunérateurs avec l’industrie pharmaceutique et cosmétique ont encore de beaux jours devant eux ! », conclut le SNJMG selon qui « le caractère timoré » de ces textes ne permettra pas de lutter efficacement contre les conflits d’intérêt.

 CH.G.

Source : lequotidiendumedecin.fr