Dossier

Regards de psychiatres sur la radicalisation

Ni profil type, ni motivation univoque, le radicalisé interroge les pratiques Abonné

Publié le 25/01/2018
Ni profil type, ni motivation univoque, le radicalisé interroge les pratiques

manchette
AFP

Des psychiatres « mobilisés pour parer à la menace terroriste » ? Les propos du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb fin août ont été unanimement condamnés par la profession, extrêmement vigilante quant à toute tentative d'instrumentalisation par le politique. L'unanimité s'est faite pour affirmer que la radicalisation n'est pas une pathologie et qu'il n'y a pas plus de troubles mentaux chez les terroristes qu'en population générale.  Les soignants n'ont néanmoins pas attendu cette injonction caricaturale pour explorer « la radicalisation ». Après…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte