Moins d’asthme pour les jeunes enfants à la ferme, confirme une étude suédoise

- Publié le 02/11/2015
- Mis à jour le 02/11/2015

C’est la première étude d’envergure nationale à confirmer que le risque d’asthme et d’allergies est lié à l’exposition aux poils d’animaux très tôt dans la petite enfance, ce que d’autres travaux avaient montré. Les chercheurs d’Uppsala (Suède) montrent dans une étude publiée dans « Jama Pediatrics » que les enfants exposés aux chiens et aux animaux de la ferme avant l’âge de 1 an présentent significativement moins d’asthme à l’âge de 6 ans.

Pour leur étude, les chercheurs de l’université d’Uppsala disposaient des données du registre national chez plus d’un million d’enfants nés entre 2001 et 2010. En définitive, l’analyse a inclus 376 638 enfants d’âge préscolaire (53 460 exposés aux chiens et 1 729 aux animaux de la ferme). Parmi eux, 18 799 (5 %) avaient présenté un épisode asthmatique avant l’inclusion et 28 511 cas d’asthme ont été déclarés au cours du suivi. Dans le groupe d’âge scolaire, 11 585 (4,2 %) ont eu de l’asthme au cours de leur 7e année.

L’exposition aux chiens au cours de la 1re année de vie était associée à un risque d’asthme diminué de 13 % à l’âge scolaire, mais pas chez les enfants de moins de 3 ans. Pour les animaux de la ferme, le risque était encore moindre, diminué de 52 % à l’âge scolaire et déjà de 31 % à l’âge préscolaire. Pour les auteurs, « ces informations pourront aider les médecins et les familles à prendre une décision concernant la pertinence et le moment d’exposer jeune à un animal ».