Miss France 2016 : des candidates à vocation très médicale

Publié le 19/12/2015

Crédit photo : DR

Il y a deux ans, Marine Lorphelin était élue Miss France 2013. Âgée de 19 ans, la jeune femme était alors en deuxième année de médecine, après avoir réussi le concours de la PACES quelques mois plus tôt.

L’histoire ne se répétera pas ce soir à l’occasion de l’élection de Miss France 2016. Aucune des 31 candidates en lice ne se destine à la médecine. Mais six d’entre elles, soit près de 20 %, suivent des études dans le domaine de la santé : ostéopathie, infirmière, préparatrice en pharmacie, aide-soignante. Âgée de 22 ans, Iris Mittenaere, miss Nord-Pas-de-Calais, est même inscrite en cinquième année de chirurgie dentaire.

Les femmes surreprésentées dans les professions médicales

Avec le commerce et la gestion, le médical et le paramédical sont ainsi les disciplines les mieux représentées dans ce concours. Elles étaient moins nombreuses l’année dernière pour l’élection de Miss France 2015, remportée par Camille Cerf (miss Nord-Pas-de-Calais), alors étudiante en école de commerce : seulement 4 des 33 candidates se destinaient à une profession médicale ou paramédicale.

Les femmes sont largement surreprésentées dans le secteur de la santé et cela ne date pas d’hier.  La « Revue française des affaires sociales » relevait déjà en 2003 qu’elles étaient largement majoritaires dans ce domaine. Un phénomène qui depuis n’a cessé de s’amplifier. Les écoles paramédicales hors université comptent en moyenne 82 % de filles (des soins infirmiers aux diverses spécialités d’orthophonie, orthoptie ou encore psychomotricité), écrivait le magazine « L’Étudiant » en 2011.

La féminisation touche également les études de médecine : 58% des nouveaux inscrits sont des femmes, note l’Ordre dans son atlas démographique 2015. Les femmes médecins sont ainsi beaucoup plus nombreuses que les hommes chez les moins de 45 ans.

[[asset:image:4391 {"mode":"full","align":"null"}]]

 


Source : lequotidiendumedecin.fr