Alopécie androgénétique

L'espoir de nouvelles cibles thérapeutiques  Abonné

Par
Publié le 16/01/2017

Le diagnostic d'alopécie androgénétique (AAG) peut être, désormais, établi de façon très précoce. « Pour les AAG débutantes, de nouveaux signes ont été récemment décrits : halos péripilaires ; cupules à la base des cheveux traduisant une fibrose péripilaire ; anisotrichie. Nous observons beaucoup d'unités folliculaires à un seul cheveu et très peu d'unités persistantes à deux ou trois cheveux. Ces signes permettent un diagnostic plus précoce », souligne le Dr Pascal Reygagne (hôpital Saint-Louis, Paris).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte