Les anti-PSK9 contre l’hypercholestérolémie résistante arrivent en Europe

- Mis à jour le 12/07/2019

Le comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l’Agence européenne du médicament (EMA) vient de donner un avis favorable à la mise sur le marché en Europe de l’alirocumab (Praluent, développé par Sanofi et Regeneron), un anti-PCSK9 indiqué dans le traitement des hypercholestérolémies familiales et/ou résistantes aux statines et les dyslipidémies.

Les anti-PCSK9 sont une nouvelle classe de médicaments ciblant les enzymes chargées de dégrader les récepteurs cellulaires du LDL-cholestérol. Le CHMP s’est appuyé sur les résultats des 10 essais de phase III du programme ODYSSEY, impliquant 5 300 patients souffrant d’hypercholestérolémie et de dyslipidémie, pour prendre sa décision.

Ils précisent cependant qu’ils manquent encore de données sur l’efficacité à long terme, notamment en ce qui concerne la réduction du risque cardiovasculaire.

Deuxième anti-PCSK9 à obtenir un avis favorable

Cette classe thérapeutique est indiquée en complément d’un traitement par les statines chez les patients qui ne parviennent pas à atteindre les cibles de LDL-Cholestérol. Seuls les patients intolérants aux statines peuvent être traités par un anti-PCSK9 seul, ou en association avec un autre antilipémiant.

Cet avis de l’EMA intervient trois jours après l’obtention de l’autorisation européenne de mise sur le marché de l’évolocumab, le second représentant de la famille des anti-PCSK9, commercialisé par Amgen sous le nom de Repatha. La commission européenne confirme ainsi l’avis que l’Agence européenne du médicament avait émis le 21 mai dernier.