Des compétences avant tout

Le métier d’interne en pleine mutation  Abonné

Par
Publié le 28/06/2018
internat

internat
Crédit photo : PHANIE

« Le métier d’interne en gynécologie-obstétrique fait face à de profondes mutations. Le mouvement a commencé il y a quelques années avec la féminisation de la spécialité et la diminution du temps de présence des internes à l’hôpital. Et cela se poursuit avec la réforme du 3e cycle, qui favorise l’e-learning et met l’accent sur l’évaluation des compétences plutôt que des connaissances », explique le Pr Vassilis Tsatsaris (Paris), coordonnateur du DES de gynécologie-obstétrique d’Île-de-France.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte