Le Dr Rua, nouveau patron du SML, fait de la nomenclature clinique sa « priorité conventionnelle »

Publié le 06/12/2012
1354804428396029_IMG_95398_HR.jpg

1354804428396029_IMG_95398_HR.jpg
Crédit photo : S. TOUBON

Fraîchement élu à la tête du Syndicat des médecins libéraux (SML), le Dr Roger Rua, généraliste à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), a indiqué que la classification commune des actes médicaux (CCAM) clinique serait sa « priorité conventionnelle » afin de revaloriser « au maximum » la médecine de proximité. « Les Français doivent prendre conscience qu’il y a différents niveaux de consultation, détaille le Dr Rua. Et qu’une consultation de cinq minutes pour une raison futile et une autre de 45 minutes où le médecin doit faire une annonce terrible au patient, c’est pour nous le même tarif ».

« Une consultation payée 23 euros pour cinq ou six doléances avancées par le patient, est-ce normal ? », enchérit le Dr Éric Henry, secrétaire général du SML.

Consultation à haute valeur ajoutée

Le syndicat souhaite aller au-delà du principe de « consultations longues », inscrites dans l’avenant 8 de la convention médicale. Cotées 2C, ces consultations sont réalisables « dans le mois qui suit la sortie d’hospitalisation d’un patient à forte comorbidité » et « dans les deux mois qui suivent une hospitalisation de patients en insuffisance cardiaque », indique le texte.

« Nous avons commencé à parler de la consultation à haute valeur ajoutée dès 2009 », rappelle le Dr Rua.

En 2010, le SML avait même proposé la création du TEP (pour thérapeutique, éducation, prévention) pour certains cas très ciblés : la première visite de contraception chez la jeune fille, une consultation « diabète » dans une famille à risques, une autre centrée sur « l’ostéoporose ». Bien que revue à la baisse (après réflexion), la note originelle était salée : 100 euros.

Les travaux avec l’assurance-maladie sur la CCAM clinique doivent « théoriquement » commencer fin 2012, précise le Dr Rua. « Au SML, nous sommes prêts », conclut le président du syndicat.

ANNE BAYLE-INIGUEZ

Source : lequotidiendumedecin.fr